Full One - Days Are Longer

Publié le par Tuân

img452/5231/aiglesp3.jpg    To The Fullest





Genève n'est pas pour rien une ville considérée comme internationale, et bien que cet aspect sera traité dans un futur dossier, il serait de bon aloi de faire le point sur une structure et une personne mêlant allégrement une part de l'identité Hip-Hop genevoise avec celle venue d'ailleurs :  Full One.

Textes : Tuân
Photos : DR


C'est quand même rigolo des fois. On peut tomber sur un papier concernant un individu et se dire que ses tentatives n'aboutiront à rien de bon. Nous prévoyons de travailler avec un ancien rappeur du label Murder Inc. disait à l'époque un certain Full One. Je ne sais plus dans quel canard j'avais lu une telle brève (connaissant mon intérêt pour les journaux, il s'agissait sans nul doute du Matin), et me rappelle encore moins de quand date cette citation que je ressors de ma mémoire enfumée (après recherche, il se trouve qu'elle provient de l'édition francophone de The Source datant de février 2004), mais reste le fait que j'avais trouvé l'initiative du sieur louable. Mais était-elle seulement réalisable ? Car bien rares furent les réussites dans le domaine.



Pourtant, on constate avec surprise que le temps a fini par donner raison au sieur Full One, producteur exécutif genevois, ou encore manager bruxellois ; toutes les dénominations sont quasiment bonnes pour ce bonhomme aux activités aussi claires que ses origines : il est genevois d'origines canadiennes et belges (c'est les français qui doivent se marrer). Après avoir entamé son curriculum vitae dans le Hip-Hop par le Graffiti et le DJing vers la fin des années '90, l'homme finit de manière surprenante dans le management pur et dur. Ainsi apparaît sa structure managériale nommée sur le coup Full One, tout comme son pseudo, évolution logique de son ancienne structure Tdc Distribution apparue en '98 : "Tdc Distribution ne faisait que de l'import-export entre la Suisse & la Belgique... En fait ça a été le croquis de Full One Management si on peut dire", nous confie Full One. C'est donc tout naturellement que des artistes provenant de ces deux pays d'Europe allaient rejoindre les rangs de l'ambitieux genevois maintenant âgé de 26 ans.




Mais qu'en est-il de la France ? Car bien qu'on parle français en Suisse et en Belgique , on le parle surtout en France
-et oui, on vous en apprend des choses n'est-ce pas ?-. Mais pour Full One, la langue n'est pas un problème, loin de là même : elle est même une motivation de plus suivant la philosophie originelle du Hip-Hop, à savoir l'idéal d'unité. De là, il était plus que naturel que trois expatriés français répondant aux noms de Dam's, Six et SLA, plus connus en tant que Get Large Productions, s'associent à notre compatriote pour un deal de distribution : "Pour l'import-export de Get Large, en fait je bossais déjà avec eux bien avant Please... Believe It !!!" raconte Full One. "J'ai distribué leur deuxième maxi, à savoir celui de Hell Razah avec Rebel Music" (ce qui ne semble par contre pas avoir été le cas des street CD du crew). À la suite de cela, un pied était confortablement posé de l'autre côté de l'océan Atlantique, en témoigne la signature du new yorkais Jesse Al-Malik chez Full One Records en 2004 ; et concernant la participation de l'artiste de Murder Inc., il se trouve que "le MC en question a été remplacé par Lil' Dap de Group Home en featuring du maxi de Jesse Al-Malik Ear To The Streets, que j'ai produit. Je me sentais plus proche de l'esprit Group Home que Murder Inc.". Normal dira-t-on. Ainsi, approchant prestamment l'industrie rappologique américaine, il devenait logique pour Full One d'entamer une toute autre étape : l'aboutissement d'un album de Rap international conviant des rappeurs venus d'Europe mais également des États-Unis. Ainsi naquit l'ambitieux To The Fullest en 2005. Et bien que quelques auditeurs ricanent encore à l'heure actuelle à propos des pseudo-participations de certains artistes américains et des prestations discutables des artistes signés chez Full One, To The Fullest reste une réussite en son genre en remettant au goût du jour une mentalité Hip-Hop de plus en plus désuète. Au reproches suscités, et souvent tacites, Full One répond de manière justifiée, faisant état de circonstances atténuantes : "Je peux comprendre que les gens doutent, bien qu'on ne soit jamais venu me le dire. En fait les tracks ricains de To The Fullest étaient prévus pour figurer sur l'album Kingz of Queens que je devais faire en collabo avec Get Large. Album qui ne verra jamais le jour car on a tous été trop busy et on ne s'est pas assez focalisés dessus. Les tracks étaient donc inédits au moment de la sortie de To The Fullest, excepté Kingz of Queens que j'ai repris... Car nous l'avions sorti en vinyle en 2004 chez Freeze Records à NYC et il méritait de figurer sur CD. Pour les prestations des artistes, c'est comme les goûts et les couleurs : ça ne se discute pas".


http://www.bbarak.cz/admin/images/articles/pic_small_2923.jpg

Toujours dans cette mouvance propice à l'ouverture et à l'internationalisation, un autre projet, encore plus ambitieux que le précédent, se forme : Days Are Longer. C'est donc durant un périple artistique et surtout Hip-Hop de plus d'une année et demie que Full One parvient à regrouper ce qui se fait de (quasi) mieux dans le Rap international à l'heure actuelle afin de donner naissance au track anthologique Days Are Longer ; jugez-en par vous-mêmes : répondent à l'appel les old timers français que sont Akhenaton et Rockin' Squat, la valeur sûre Main Flow ou encore le légendaire Masta Ace. Rien que ça. De plus, le beatmaker genevois Sark de Sonoblast, rejoint par le finlandais Sakke afin d'incarner les Dogz Of Shadow, nous livre une production classieuse à mi-chemin entre le style Afro-Soul de Pete Rock et le style moelleux de Hi-Tek, et dotée de variations donnant l'impression que nous avons à faire non plus à un seul morceau mais à trois (les 7 minutes 30 que durent le titre semblent même trop courtes !). Sorti uniquement en vinyle quatre titres (trois titres sans compter la plage réservée à la version insrumentale du titre phare) le 4 mai de cette année
afin de satisfaire les puristes , Days Are Longer se révèle d'ores et déjà être un classique, collector qui plus est vu qu'une édition unique commercialisée à seulement 1000 exemplaires est disponible. Les afficionados apprécieront le jaune canari servant de coloris au disque, petite touche apportant un côté classieux non négligeable au produit. De fait, dans le paysage Hip-Hop actuel, Days Are Longer s'avère être un bout de soleil, comme peut nous le rappeler le 33 tours jaune servant de support sonore. On espère juste que cette journée si bien entamée par Full One sera encore longue, et que cet effort donnera lieu à d'autres projets du même acabit pour les amateurs de bons sons que nous sommes. En tous les cas, vous ne trouverez plus la galette 725 dans les bacs, foi de Tong. Un achat plein de sens pour bien des raisons.

_TN


Site officiel Full One
MySpace Full One
MySpace Days Are Longer



Commenter cet article

Side Fx 10/05/2007 19:27

Ca c'est une initiative qui me plait. Et vu les apperçus qu'on peut entendre sur son myspace, c'est pas du foutage de gueule. Ca donne envie de sortir son bon vieux lecteur vynile, se poser tranquillement et écouter ces trois morceaux de qualité.

Big up pour l'initiative!

On attend un album qui regroupe des morceaux de cette qualité!

Tuân 10/05/2007 20:16

Merci à Full One pour m'avoir éclairci sur certains points, et oui, c'est un bien beau projet et on espère que ça se poursuivra. Bonne chance pour la suite.