Shaka - Interview 2005

Publié le par Tuân

img452/5231/aiglesp3.jpg Amuse-bouche


img72/2452/shak1gb9.jpg

Avant de mettre en ligne la récente interview de Shaka, nous avons jugé bon de publier la présente entrevue qui, bien que datant de 2005, était en phase avec la sortie du street CD Étranger chez Moi. Un grand merci à Chromatiks pour m'avoir fait parvenir le tout. Petite rencontre avec Shaka, alors âgé de 22 ans. Et chauve.


Texte : Vanessa Alea Ngongo
Clichés : Chromatiks


Vanessa : Alors je te laisse faire une petite présentation de toi et de ta musique.

Shaka : Shaka, 22 ans, je fais du Rap maintenant depuis dix ans. Donc en 1995 j’étais dans un groupe qui s’appelait la Per 2 III avec M.A.M. et Bessa. Quand on commencé le Rap on était avec Les Petits Boss et Double Pact qui, à l’époque, étaient les principaux rappeurs à Genève. On a continué a bosser avec Fidel' Escro des Petits Boss et avec Nega de Double Pact. En 1998, Bessa a arrêté de rapper et j’ai donc continué avec M.A.M., le nom du groupe est passé de la Per 2 III à la P.E.R., et jusqu’à aujourd’hui le groupe existe toujours même s'il est un peu en standby. Maintenant, depuis 2003, je taffe en solo, et M.A.M. taffe avec Terrorime Mouvement et dans la production. Ma musique, je ne sais pas vraiment comment la décrire, je dirais que j’essaye de transmettre un message dans tout ce que je dis, de faire en sorte que ça sonne bien. Je n’ai pas forcément d'influences musicales particulières, j’essaye d’avoir des sons Funk et même Soul, ou avoir des consonances New Yorkaises, je ne sais pas… J’essaye d’être un peu éclectique dans tout ce que je fais car j’écoute vraiment différents sons.

V : D'où vient ton inspiration ?
S : Il y a deux côtés : ce que je dis et l’inspiration musicale. Maintenant, pour ce que je dis, je m’inspire de ce que je vis, de ce que je vois, ou de ce que certaines personnes vivent. Je fais en sorte de ne pas trop avoir le même discours que la plupart des autres rappeurs, dire des choses vraies sans forcément dramatiser ou même avec trop de légèreté. Ca dépend, j'aborde un peu les choses à ma façon. Du côté de l’inspiration musicale, là franchement ce sont des inspirations vraiment variées. J’écoute beaucoup de Soul, même plus que du Rap, j’ai vraiment grandi avec vu que mon père en écoutait beaucoup. Du coté du Rap, j’aime ce qui se fait à Los Angeles, j’aime vraiment le son G-Funk. J’écoute beaucoup de Funk aussi. Mais ça ne m'empêche pas de prêter une oreille à ce qui se fait maintenant, même si je suis plus tourné vers ce qui se faisait avant. J’écoute beaucoup de Soul de années '70, de la Funk des années '80, même du Reggae... Et j’espère bientôt me mettre à la production pour faire quelque chose de tout ça.


Quelle est ta manière de travailler ?
J’écris sur des sons déjà composés, je ne suis pas quelqu’un qui écrit beaucoup. Avant c'était le cas, mais je ne suis pas quelqu’un qui a besoin d’écrire. Il y a des rappeurs qui ont vraiment ce besoin, le Rap fait partie de leur vie au quotidien et c’est comme ça qu’ils s’expriment. Moi, ça fait depuis un certain moment que j’ai pris du recul par rapport à tout ça, il y avait même une période ou j’avais arrêté de rapper, parce que ce n’est pas ce que je fais dans la vie. En fait, je suis dans les études. Alors je n’écris pas beaucoup, mais quand une musique m’inspire j’essaye d'écouter différentes productions, parce qu’il y a plein de producteurs ici à Genève. Et dès que j’écoute le son plusieurs fois, j’essaye de voir les idées qui me viennent dans la tête, à quoi ça me fait penser, et après j’écris. Ca peut me prendre une journée comme trois semaines. Je travaille toujours à partir du son.

Es-tu plus freestyle ou texte préparé ?
Je suis plutôt texte préparé, l’impro c’est quelque chose que j’ai vraiment perdu. C’est bien, ça fait parti du Hip-Hop, mais c’est vraiment quelque chose que j’ai perdu. Cette pratique du Rap pour moi va avec un ensemble de choses. Quand j’ai commencé, voilà on se mettait dans des allées, à l’ancienne, on pouvait rapper pendant des heures. Mais maintenant c’est vrai que c’est différent car j’ai d’autres choses à dire. Et bon, je sais que quand je dis que j'ai pris du recul par rapport au Rap, je pense que je pourrais mieux m’exprimer dans d’autres choses comme dans la production ou quelque chose comme ça. Le Rap n'est plus autant une passion en tant que tel pour moi. Je ne suis pas quelqu’un qui passe son temps à rapper, je rappe parce que j’aime quand même cette musique, j’aime faire ça, et je sais que je suis doué, donc j’essaye de m’exprimer par ce biais mais je ne fais plus vraiment d’impro ou de freestyle dans la rue. Mais si quelqu’un me le demande je ne vais pas refuser.

Pour toi ça représente quoi la musique ?

La musique ça représente beaucoup pour moi, chaque chanson pour moi me rappelle un souvenir, je vis de la musique, je suis vraiment dépendant de ça, c’est quelque chose d’important au quotidien pour moi. Je différencie un peu la musique du Rap dans le sens où je pratique le Rap. C’est de la musique, mais il y a l'aspect production après. La composition de chanson c’est autre chose et j’espère pouvoir plus explorer ces domaines-là.

À ton avis, pourquoi la musique en Suisse a-t-elle du mal à démarrer ?
Je donnerais plusieurs raisons. En Suisse romande on a du mal, mais si tu va en Suisse alémanique c’est déjà très différent. Ca s’est développé là-bas, il y a des artistes qui se vendent, il y a du mouvement, mais je trouve qu'on n'est pas un pays uni pour ça.

Qu’est qui fait que tu as choisi ce morceau Étranger chez Moi comme titre pour ton album et pas un autre ?
C’est un vieux morceau de 1999 que j’avais fait avec la P.E.R., c’est un concept, c’est vraiment quelque chose qui me constitue, avec lequel je vis, qui me représente le mieux. Le jour où je le vivrai bien à 100%, que je me sentirai donc chez moi partout et non plus étranger, ça sera bien. C’est ce à quoi j’aspire à long terme.

Quel message amerais-tu faire passer à travers ta musique ?
À travers ma musique j’essaye de montrer, sans trop de prétention, quelle peut être la vie d’un jeune de mon âge, d’un jeune Noir qui vit en Europe, qui fait certaines expériences. J’essaye de représenter au mieux mon état d’esprit et l’état d’esprit des gens qui m’entourent, chaque pays ou chaque ville a sa réalité sociale et sa réalité de vie. J’ai aussi envie de montrer et d’expliquer comment on se sent, le fait de venir d’ailleurs et d’être en même temps d’ici, d’aller dans son pays et que finalement on t'y dise que tu viens en fait de là-bas. J’ai envie de montrer ça parce que c’est vraiment quelque chose qui conditionne notre façon d’être.

Quel est ton plus grand rêve ?
Vivre de ce que j’aime, vivre de la musique.

À part la musique que fais-tu dans la vie ?
Je suis à l’université. Je suis en deuxième année en Faculté de Science Politique. Quand j’ai commencé à rapper, le Rap était même plus important que les études. Mais même quand j’étais jeune et que je faisais des concerts j’avais toujours l’école à côté. Maintenant c’est vrai que c’est devenu plus important pour moi, car faire des études c’est mettre un maximum de chances de son côté, et la science politique est quelque chose qui m’intéresse, qui est assez ouvert. Je vais essayer de voir si j’arrive à faire quelque chose là-dedans, on verra.

Quels sont tes projets pour l'avenir ?
Mon projet direct c’est mon album pour 2006, me lancer et avancer dans la production, vraiment essayer de me lancer là-dedans. Et commencer à composer de la musique pour du chant.


img329/1088/shak2ki7.jpg

Commenter cet article

tonton vincent alves ferreira 06/01/2009 22:29




Salut je trouve ton interview est trop géniale bonne continuation pour les autres et reste toujours in (un petit coucou de papa ) un petit coucou a ta sœur pour Quine Vane

barrot 03/06/2007 10:25

Y s passe koi là?.....Bonne interview . C 'est bien le rapeur ki a fait l'otre cd non?

Tuân 03/06/2007 17:40

Oui, il avait fait "Etranger chez Moi". Faut que je remette le lien vers d'ailleurs.

s 02/06/2007 00:30

Oups voulais dire le 1er juillet

Tuân 02/06/2007 08:40

Ah ouais, en effet. Ca va être drôle putain.

Side Fx 02/06/2007 00:29

A ce qu'il parrait c'est ici qu'on doit poster des propositions pour humilier El Suri le 7 juin?

Tuân 02/06/2007 08:40

Hein ? Bah ouais, si tu veux, tu peux balancer des propositions, haha. Pis c'est pas le 7 juin si jamais.

Side Fx 01/06/2007 01:50

Check ce battle, ouch! http://www.youtube.com/watch?v=nH8o95xfPUU&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Erealtalkny%2Enet%2F

Tuân 01/06/2007 08:13

Mmmh, merci bien, je vais mater ça...