Cam'Ron - Purple Haze

Publié le par Tuân

Killa !

Purple Haze


Le bonbon rose d'Harlem balance un second solo via Roc-A-Fella Records suite à son très bon Come Home With Me écoulé à quasi deux millions d'exemplaires, et le double Diplomatic Immunity (certifié or) de son posse The Diplomats ; la barre est donc placée assez haute pour Killa Cam le fruité qui se doit de justifier les retards incessants de ce Purple Haze (en référence aux immeubles de briques rouges d'Harlem et à la weed du même nom) attendu depuis plus d'une année et demie après Come Home.... L'attente en valait-elle la peine ? Et oui, il n'y a qu'à entendre l'intro pour comprendre que ce nouvel opus déclasse en tout point le précédent effort, et ce avec une succession de tueries en ouverture d'album comme More Gangsta Music (samplant Sizzla), Killa Cam et Down & Out (béni par Kanye West à la prod et au refrain). Les habitués du son DipSet ne seront pas dépaysés et les nouveaux pourront peut-être trouver leur intérêt avec des titres faibles et commerciaux comme Girls (pauvre Cindy Lauper...). Il faut dire que le flow si particulier de Killa, sa mysoginie persistante et son vocabulaire aussi clair que les profondeurs du Mékong ne seront pas au goût des oreilles attentives et des pseudo puristes du HH ; vous comprendrez que nous parlons d'un défaut qui n'en est pas un (huhu). Seul réelle couille : le ridicule Take Em To Church dans lequel Cam'Ron règle ses comptes avec Ma$e, son vieux pote de Children Of The Corn (sacré nom de merde, soit dit en passant). On aurait aussi aimé que Just Blaze se repointe histoire que les Heatmakerz calment leurs ardeurs, mais on chipote vraiment là. Parfois incompréhensibles pour ceux qui auraient fait l'erreur de n'écouter que du G-Unit ces dernières années, et donc passer à côté du swagger made in Harlem, les cuvées du Set sont à consommer sans modération. À l'image de ce Purple Haze trop frais.

_TN

img49/4513/35ib6.jpg

Clip de Lord You Know f/ Jaheim
Clip de Girls / Family Ties
Clip de Get Em Girl / Killa Cam

Publié dans HIP-HOP : Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SysT 16/10/2006 09:27

Ah ouais dans ce cas, c'était un "jeu de mots" de Korn en 1998... bon à savoir...
 
Allez, un ptit DREAM, tu vas pas te faire prier??? C'est trop tard, maintenant, tu l'as chopé!!! :-)SysT

Tuân 16/10/2006 14:36

Children of the Corn = les enfants du maïs, on ne va pas se demander à qui ce nom sied le mieux... Et non, pas la peine d'insister, pas de Dream...

Systool 15/10/2006 19:25

Children of the Corn? ça me fait penser à la chanson de Korn les blaireaux (Children of the Korn)... qui est la poule et qui est l'oeuf?Vivement ta chronique de Dream Theater ;-)SysT

Tuân 15/10/2006 20:38

Pour le groupe je ne sais pas, mais c'était la formation de Ma$e, Cam, Big L et Bloodshed au début des années '90.Et y aura pas de chronique sur DT pour la simple et bonne raison que... voilà quoi.