The Game - The Documentary

Publié le par Tuân

Compton's Finest

The Documentary


Petit protégé de Dr.Dre originaire de Compton et jouissant d'un buzz comparable à celui de 50 Cent à l'époque, The Game déboule enfin dans les bacs avec son premier véritable opus intitulé The Documentary (anciennement Nigga With Attitude Volume 1, mais modifié pour cause de droits). Depuis le temps que Jayceon Taylor s'amusait à clasher Joe Budden et Yukmouth sur mixtapes et sans un seul skeud sous le coude, on avait fini par se demander si une trace discographique officielle du sieur allait enfin pointer le bout de son nez. Et c'est enfin chose faite avec ce lourd et dense The Documentary. Si Untold Story était une sale blague officieuse de JT The Bigga Figga (ce malin, profitant de la popularité grandissante de The Game, a sorti la démo de The Game...), The Documentary ravira les fans de Westcoast et de hood tales en tout genre. Chanceux comme tout, The Game voit de plus son album produit en majorité par le Doc, ce dernier lui ayant refilé des prods qu'il gardait au frais pour Detox (c'est déjà quoi Detox ?...). Lyricalement, c'est drogue, gunz, crack, dope, hustling, starving et tout le tintouin ; mais question flow, la voix étouffée de The Game  nous prouve que le rookie assure autant, si ce n'est plus, que n'importe quel autre rappeur lambda (écoutez How We Do avec 50 Cent, véritable leçon de style et de rap tout court). Les points positifs de cet album sont forts nombreux, album porté en grande majorité par les productions de choix de Dre bien sûr, Timbaland (avec l'explosif Put You On The Game), Kanye West (pour le touchant Dreams), Just Blaze (et l'old school No More Funny Games) et les pères Cool & Dre (derrière le frais Hate It Or Love It). Mais c'est justement là que le bât blesse : The Documentary est un disque à la musicalité quasi irréprochable, mais est malheureusement desservi par un Game dont la plume s'avère trop redondante et lassante, usant et abusant de names dropping. L'équation Eazy-E+Dr.Dre+Westcoast+NWA=The Game finit rapidement par nous donner envie de zapper. On aurait préféré plus de titres dans la veine des I Don't Need Your Love et Like Father, Like Son qui laissent entrevoir un style d'écriture bien plus mature et poussé. Loin d'être déçu par ce (faux) retour de la Westcoast, les auditeurs que nous sommes étions en droit d'en attendre mieux de The Game.

_TN

img49/4513/35ib6.jpg
Clip de Dreams
Clip de Hate It Or Love It f/ 50 Cent
Clip de How We Do f/ 50 Cent
Clip de Put You On The Game

Publié dans HIP-HOP : Chroniques

Commenter cet article

mec du wu 05/01/2007 23:02

"nigga with attitude"y se surestime un peu trop a mon gout,y croyait détroner les roi du rap de la west comme ca lui :)

Tuân 06/01/2007 03:20

Je pense que quand Dre te convoque dans son bureau et te dit de signer chez Aftermath, tu peux te la sentir. Après, il est vrai que Game fait plus office de patchworks que d'artiste rap. Cela dit, on peut pas lui enlever le fait qu'il sait cartonner.

Systool 05/11/2006 21:49

J'ai une question... pourquoi il est assis sur un pneu?SysT

Tuân 05/11/2006 22:04

Moi, ce que je me demande, c'est pourquoi il est assis sur les mêmes pneus pour son second album...