Takashi Murakami

Publié le par Tuân

"Je suis resté un enfant"

村上 隆

Ses fleurs qui sourient, ses champignons géants et son Mr. Dob aux oreilles de Mickey sont devenus des icônes. De passage en France pour son exposition et celle de ses disciples, le père du "nouveau japonisme", aujourd'hui à la tête d'une véritable entreprise artistique, nous a accordé une interview très "kawaï".


Texte : Philippe Dufay
Photos : DR



Philippe Dufay : Plus de dix ans après sa création, Mister Dob est-il toujours un double de vous-même ?
Takashi Murakami : Je n'ai jamais vraiment considéré Mr. Dob comme un double, mais plutôt comme un élément d'un tout. Comme aux échecs, une pièce qui permet avec le même motif de jouer plusieurs jeux.

Ph. D : Vous revendiquez-vous de la culture "otaku", ces jeunes Japonais qui, la trentaine passée, restent accros aux mangas et aux jeux vidéo ?
TM : Je suis resté un enfant, oui. "Otaku", non. C'est différent. Il s'agit d'une société construite, très fermée, et je ne suis pas intégré aux "otakus".

Quelles qualités principales demandez-vous aux artistes qui travaillent avec vous ?
C'est un peu intuitif et aussi une affaire de destin. Une conversation avec un artiste, et ça marche.

Pourquoi avoir choisi la France il y a quatre ans pour votre exposition "Coloriage", sorte de manifeste du "nouveau japonisme" ?
Parce que c'est là selon moi où est vraiment né le "nouveau japonisme".

Le public français est-il très différent du public américain ?
Les Français connaissent beaucoup mieux les mangas que les Américains. On me comprend plus à Paris ou à Lyon qu'à New York ou à Miami.


http://redelephant.files.wordpress.com/2006/03/EP-Murakami-4G1.jpg


Quels artistes français aimez-vous ?
Matisse hier et aujourd'hui Daniel Buren.

Continuerez-vous à travailler pour Vuitton et pour d'autres maisons françaises ?
Si Vuitton est d'accord, c'est O.K., je continuerai.

Qu'est-ce que vous faites quand vous ne travaillez pas ?
Je regarde des films d'animation, des choses un peu enfantines.

On dit que vous m'avez pas de maison, que vous dormez dans votre atelier à Tokyo...
Plus exactement à Saitama, une petite ville à une heure de Tokyo. L'hiver, c'est un peu dur car il n'y a pas de chauffage. Mais j'y ai une grande collection de cactus. Ils ont besoin de moi.

Vous êtes aujourd'hui un artiste reconnu et célèbre, doublé d'un chef d'entreprise riche et puissant. Avez-vous atteint vos objectifs ?
Si ça continue bien par rapport à l'entreprise, si je travaille bien pendant dix ans, j'arrêterai tout et je serai heureux. Je pourrai me consacrer alors complètement aux loisirs.

Quels seront-ils ?
Chiner. Faire les antiquaires. Collectionner les objets. Avez-vous des adresses de magasins de céramiques à me donner ?



Louis Vuitton Murakami Multicolor Monogram Speedy 30.jpg
Louis Vuitton vu par Murakami


<-- Retour à l'article sur Takashi Murakami
Site officiel Kaikai Kiki
Voir le clip de Superflat Monogram (vidéo réalisée pour Louis Vuitton)

Publié dans INTERVIEWS

Commenter cet article